Dans son quatrième numéro de Territoires 2040, la Datar présente 28 scénarios pour les sept systèmes spatiaux qu’elle a identifiés. Les préconisations pourraient éventuellement servir à orienter de futures politiques industrielles des collectivités territoriales comme de l’Etat.

Ces 28 scénarios différents ont été élaborés par des groupes de travail, rassemblant plus de 200 chercheurs, experts, universitaires et acteurs territoriaux.

Ils s’appliquent sur les sept « systèmes spatiaux » identifiés auparavant et souhaitent montrer ce que pourrait être l’avenir des espaces français et les enjeux et défis auxquels ces territoires auront à faire face.

Les chercheurs et experts se sont notamment penchés sur le cas des territoires industriels. dont le devenir est incertain. L’industrie a perdu entre 500.000 et 700.000 emplois durant ces dix dernières années et les régions françaises les plus industrielles sont celles qui ont connu au cours de la décennie 2000 la croissance économique la plus faible.

Leur travail aboutit à quatre scénarios principaux :

  • la « reconstruction industrielle verte », où les industries se réorientent vers des offres de biens et de services innovantes sur le plan environnemental et social.
  • « l’effervescence », scénario dans lequel la majorité de la valeur ajoutée se situe dans le contenu informationnel du bien et du service (conception, marketing,      service associé, etc.) et non plus dans les innovations technologiques. Une effervescence que les territoires sont censés animer localement.
  • les « citadelles » qui entérinent la fin de l’ère industrielle. Il reste seulement un petit nombre de grandes entreprises spécialisées et innovantes, insérées dans      les réseaux mondiaux mais ayant gardé volontairement une attache en France      pour certaines compétences en recherche et développement et la proximité      avec le marché européen.
  • « l’alter-industrialisation » qui prend en compte une remise en cause des logiques de croissance et de consommation. Les logiques de production se réorientent, alors vers le local à partir d’une relocalisation d’activités productives traditionnelles et d’entreprises situées auparavant ailleurs en France, en Europe et dans le      monde, et sur un développement du domaine de l’économie sociale : coopératives, mutuelles ou fondations.

About Catherine Labrousse

Catherine LABROUSSE Consultante et coach Catherine LABROUSSE a été attachée de presse d’un ancien ministre des affaires étrangères, puis de 1996 à 1998, attachée parlementaire, directrice de cabinet et chargée de communication d’un député-maire et conseiller régional. Elle devient animatrice de territoire au sein du service développement territorial du Conseil Régional Languedoc-Roussillon, puis attachée parlementaire et chargée de la communication d’un député du Gard entre 2002 et 2010. Forte de ces expériences institutionnelles en communication et en management public, elle crée Consult&Nous, en juin 2010. Ses activités sont centrées, alors, sur des démarches d’aide à la définition de stratégies en management au sein de grandes entreprises (Nestlé Waters, Areva), de concertation et de communication interne et externe. Aujourd’hui, elle intervient dans le développement des compétences et cadres supérieurs et cadres, et se spécialise dans le coaching des leaders et des équipes. Elle développe des outils d’aide à la définition du sens de l’action au sein des organisations publiques et privées. Elle est coach de leader. Elle a récemment rejoint le réseau Vision 2021, animée par Robert DILTS et Gilles ROY sur l’Intelligence Collective en action

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation